Retour
Les multiples talents d'Etienne
 

Etienne CONSTANS en 1938 (1911-1996)

Mon grand-père maternel Etienne CONSTANS (Géraud de son premier prénom) était cultivateur, mais possédait d'autres talents.

 

La musique

Fidèle à la tradition qui disait : "apprends à jouer d'un instrument, il te restera toujours ça pour ne pas mourir de faim !", la grande passion d'Etienne était la musique. Il était chef d'un petit orchestre et jouait de la trompette et du violon. Il me reste encore une batterie et son violophone. Ce mot vous intrigue ? J'y reviendrai dans un prochain article...



Sur les deux photos, Etienne est le deuxième en partant de la gauche (l'accordéoniste est peut-être Louis DAYNES, de Meauzac). J'ai retrouvé les tampons au dos d'une vieille photo
 

L'élagage des arbres

Mon grand-père n'était pas bien épais et n'avait pas le vertige. Il n'hésitait pas à louer ses services pour étêter les arbres de haute taille, comme les peupliers. Il chaussait ses étriers (il faudra que je les prenne en photo un de ces jours) et grimpait au sommet des arbres pour les tailler.
Un jour, quelqu'un s'est arrêté sur le bord de la route, impressionné par le travail d'Etienne, et a demandé la permission à son fils Yves de le prendre en photo. Il n'a pas oublié de leur en donner un exemplaire, que voici :


Etienne en plein élagage (années 60 ?)

 

La première voiture

Non, je ne vais pas vous dire qu'Etienne était aussi champion de course automobile ! Mais comme la photo suivante fait partie de mes préférées et que j'ai souvent entendu parler de la Delahaye de mon grand-père, il me fallait en parler.


Etienne et sa voiture (vers 1938 ?)

Nous n'avons plus, hélas, la voiture, mais les essieux ont permis de fabriquer deux remorques pour les tracteurs...
D'après les papiers que nous avons retrouvés, la voiture est une Delahaye 107M (c'était un modèle fabriqué en 1928) et Etienne l'a achetée le 17 août 1938. Je sais qu'il l'avait encore en 1955.

 

La Résistance

J'ai très peu d'informations sur ce qu'a fait exactement mon grand-père pendant la 2ème guerre mondiale. Il était exempté du service militaire et ne fut donc pas mobilisé. Mais les cartes suivantes attestent qu'il a fait partie des Forces Françaises de l'Intérieur du 5 mars 1943 au 28 août 1944.

Il me reste aussi une boîte neuve remplie de balles allemandes : avaient-elles été volées à des allemands ? Mon grand-père avait-il dû les cacher ? Des questions qui resteront sans réponse...

Retour

Marie GIRALDOU Pierre Jérémie MONIE Leur fils aîné André ?