Retour

TROISIEME BRANCHE

mon arrière-grand-père Jean Baptiste GONZALES

Lien direct vers Alonso GONZALES sur Geneanet


Jean Baptiste GONZALES (1885-1917)
Lien direct vers Jean Baptiste GONZALES sur Geneanet

 

Grâce aux travaux du cercle généalogique de Roquebrune-Cap-Martin, j'ai pu identifier Alonso GONZALES, qui vit en 1681 dans le village ce Cabbé-Roquebrune, dans les Alpes-Maritimes, entre Monaco et Menton. Il y vit avec son fils Honoré, sa belle-fille et ses quatre petits enfants. Il est donc vraisemblablement veuf et vient finir ses jours dans la famille de son fils. Il apparaît dans l'état des âmes de 1734 (sorte de recensement) quatre familles distinctes de Gonzalès, dont on ne sait pas si elles sont liées ou non.

Il est communément admis que ce patronyme GONZALES vient de Monaco, car de 1524 à 1641, ce petit pays s'était placé sous la protection de l'empereur Charles Quint (en signant le 5 novembre 1524 le Traité de Tordesillas). Avec ce traité, Monseigneur Grimaldi espère garantir son indépendance et son intégrité dans une région agitée et très convoitée par le roi de France François 1er, grand rival de Charles Quint. Monaco abrite donc une garnison espagnole pendant plus de 100 ans, d'où le grand nombre de familles GONZALES à Monaco, et par suite au village voisin de Roquebrune. Voilà comment je descendrais d'un garde espagnol de Charles Quint ! Alonso a dû naître vers 1625, il était peut-être fils de garde espagnol, ou bien lui-même un garde. Quand la garnison est expulsée de Monaco en 1641, ces familles d'origine espagnole ont peut-être été forcées de quitter la principauté, et beaucoup ont pu partir vivre dans les villages voisins, comme Cabbé-Roquebrune.

Honoré GONZALES et son épouse Marie sont donc présents à Roquebrune en 1681, mais plus en 1734.

Leur fils François, né vers 1675, se remarie vers 1708 (après le décès de sa première femme Josèphe) avec Jeanne NATTA, dont il aura trois enfants (qui s'ajoute aux trois de son premier lit).

Leur 2ème fils, Jean Baptiste (dit "Cicon"), naît en 1719 à Roquebrune et se marie à 20 ans environ avec Espérance FILIPPI. Le couple aura neuf enfants.

Parmi eux, Joseph GONZALES naît en 1756 et se marie en 1774 avec Marie BAILO, du village transalpin Dolceaqua, en Ligurie (l'Italie n'existe pas encore, le royaume d'Italie ne sera fondé officiellement qu'en 1861). Joseph devient propriétaire cultivateur.

De leur union naît François GONZALES en 1785, qui se marie en 1785 avec Madeleine GIOAN. Comme son père, il est propriétaire cultivateur et a de nombreux enfants.

Leur 4ème fils Joseph perpétue cette tradition (même profession et neuf enfants aussi !) après son mariage avec Catherine PEIRARDI en 1837.

Par contre, leur 8ème fils Antoine, né en 1851, deviendra maçon et se mariera en 1875 avec Françoise GUILHERMI, qui est issue d'une famille de bûcherons et de scieurs de long expatriée un temps à Marseille, où il y avait peut-être plus de travail.

Alonso GONZALES (de Monaco ?)

|

Honoré GONZALES époux de Marie

|

François GONZALES époux de Jeanne NATTA

|

Jean Baptiste GONZALES époux d'Epérance FILIPPI

|

Joseph GONZALES époux de Marie BAILO

|

François GONZALES époux de Madeline GIOAN

|

Joseph GONZALES époux de Catherine PEIRARDI

|

Antoine GONZALES époux de Françoise GUILHERMI

|

Jean Baptiste GONZALES époux de Pauline MAULANDI

|

Marcel MONIE époux de Jeanne GONZALES

|

Georges MONIE époux de Claudine CONSTANS

|

Christophe MONIE époux d'Agnès SOFFIATI

cliquer pour lire la fiche sur le site Mémoire des Hommes
Fiche de décès de Joseph GONZALES, tué à l'ennemi en 1916

Le couple enfante d'abord en 1879 une fille, Catherine, puis trois garçons : Louis (en 1883), Jean Baptiste (en 1885) et enfin Joseph (en 1891). Pour leur grand malheur, Antoine GONZALES et Françoise GUILHERMI survivront à leur trois fils, tous Morts pour la France pendant la 1ère guerre mondiale. On trouve les noms des trois frères sur le monument aux morts de Roquebrune, comme on peut le voir sur cette carte postale où j'ai ajouté les trois pastilles rouges pour repérer les frères GONZALES :

Comme son frère aîné, Jean Baptiste, mon arrière-grand-père, est employé à la compagnie T.N.L. des Tramways de Nice et du Littoral :


Carte postale de 1907 montrant le tramway

Voici deux liens pour en savoir plus sur la T.N.L. : l'article wikipedia et de Nissa La Bella. J'écrirai prochainement un article.

Il se marie en 1911 à Gorbio, minuscule village perché au-dessus de Roquebrune et Menton, avec Pauline MAULANDI. Avant sa mobilisation, il aura une fille, ma grand-mère Jeanne GONZALES, née en 1912. Il décède en 1917 à l'hôpital de Nice, vraisemblablement des suites de blessures ou de maladie contractée pendant son service.
Je me suis rendu au cimetière de Roquebrune pour photographier sa tombe dans le carré militaire :

Quant à son portrait, j'aurai des choses à raconter dans un prochain article...

Voici une carte de la région, avec la frontière entre l'Italie et la France en gros pointillés rouges :

Si vous voulez des informations plus précises, vous pouvez consulter la branche GONZALES sur mes données Geneanet : Lien direct sur Geneanet vers les GONZALES

Retour

Marie GIRALDOU Pierre Jérémie MONIE Leur fils aîné André ? Antoine, Jean, Pierre de 1740 à 1870 Jean Jacques de 1870 à 1910 Pierre Jérémy, MArcel, Georges et Christophe de 1910 à nos jours Marcel de 1960 à 1970