Retour
Mes recherches de Noël 2011
 
 
Pour les vacances de Noël, nous venons de passer quelques jours en famille à Montauban, l'occasion de passer quelques heures aux archives du Tarn-et-Garonne à Montauban, au 14 avenue du 10e Dragon.
La plupart des registres paroissiaux et d'état civil se trouve sur leur site Internet, mais pas les recensements ni les registres de notaires notamment. Ce qui me donne de nombreuses opportunités pour progresser dans ma généalogie.
Cet article sera peut-être rébarbatif, mais égoïstement, il me permet de faire le point et de préparer la suite...

Les recherches sur Jean MONTAGUT

Je continue mes recherches sur mon ancêtre Jean MONTAGUT (sosa n° 100, génération 7).
Rappel : un sosa est un de mes ancêtres directs, il sont numérotés en partant de n° 1 (moi), puis n° 2 pour mon père, n° 3 pour ma mère, n° 4 pour mon grand-père paternel, etc.

Le cimetière ne m'a rien donné, ni les listes électorales, ni les mutations par décès, ni le cadastre.
Sur l'acte de décès daté du 14 mars 1909 que j'ai trouvé à Albefeuille-Lagarde, il y est dit fils de Henri MONTAGUT et Marie ANDRIEU, alors que mon ancêtre est fils de Jean et Catherine LAVAL.
L'erreur paraît grossière, mais malheureusement, j'ai trouvé un couple Henri MONTAGUT et Marie ANDRIEU, qui a eu au moins quatre fils nommés Jean ! J'ai donc suivi ces quatre Jean...

 


- Le premier est né en 1814 et décédé en 1815 à Montauban, ce ne peut pas être celui qui est décédé en 1909 à Albefeuille.
- Le deuxième est né en 1819 à Orgueil, il s'est marié en 1853 avec Marie VILLADIEU (1834-1861) puis s'est remarié avec Marguerite MONTAGNE en 1865. Je les trouve aux recensements de La Ville-Dieu-Du-Temple de 1876, 1886 et 1896, mais plus en 1901. Et pas trace de leur décès non plus... Donc je n'ai pas la certitude que ce n'est pas lui qui est décédé à Albefeuille en 1909.


Transcription des recensements consultés

- Le troisième Jean est né en 1821 à Orgueil et j'ai trouvé son décès à Montauban en 1892.
- Le quatrième et dernier Jean est né en 1823 et décédé en 1824 à Orgueil.
Au vu du rythme soutenu des naissances dans le couple MONTAGUT-ANDRIEU (une tous les deux ans), je ne pense pas qu'il y ait des enfants que je n'aurais pas trouvés, donc il me reste à élucider le cas du deuxième Jean : si je trouve son décès, j'ajoute un argument supplémentaire sur ma "théorie de l'acte erroné d'Albefeuille".
J'essaierai de rechercher dans les registres d'hypothèques, ce sera l'occasion d'apprendre à m'en servir !

Recherches infructueuses sur les actes notariés

J'ai d'abord recherché le contrat de mariage de Louis BRESSANGIS et de Marie RAMAT (mes sosa n° 142 et 143).
Le 23 avril 1788, Louis et Marie sont allés déclarer leur mariage protestant et leurs enfants à la suite de l'édit de Tolérance de 1787 (lire l'article précédent) : Louis indique qu'ils ont passé un contrat de mariage devant Me Théron, notaire à Bioule, le 4 mai 1787.
Mais ce notaire n'apparaît pas sur la liste des notaires qui ont versé leurs documents aux archives du 82. Soit ces écrits se sont perdus, soit ils dorment quelque part chez un notaire...

J'ai ensuite cherché le testament d'Arnaud LIGOU (sosa n° 194), sensé avoir été enregistré à Montauban le 19 février 1848. J'en ai cherché la référence sur les registres 3 Q 4315 et 3 Q 4638 qui doivent comporter tous les enregistrements de testaments sur cette période à Montauban mais je n'ai rien trouvé. Il me faudra recommencer avec une méthode moins rapide : chercher chez tus les notaires officiant à Montauban et 1848...

Première trouvaille...

J'ai cherché les mutations après décès des aïeux Pierre CONSTANS et Perrette DIZEL (sosa n° 48 et 49). Après un décès, il fallait enregistrer la succession dans une grande ville proche, ici Montauban. Ces actes permettent de faire le point sur les biens et enfants d'une personne décédée.
Voici les premières lignes de la mutation de Pierre (registre 3 Q 4373) où l'on peut lire la liste des enfants de Pierre :


Mutation après décès de Pierre CONSTANS

Par contre, je n'ai pas trouvé pour Perrette DIZEL décédée le 3 septembre 1904 à Villemade (registres 3 Q 8018 et 8019).

... et quelques trésors pour finir !

L'été 2011 dernier, j'avais consulté des registres de notaires de Nègrepelisse, ceux de Me Louis LACOSTE sur la période 1760 - 1783 (côte 5 E 14907) et de Me BONNET (5 E 14917 à 14919). J'avais donc prévu de continuer car mes ancêtres y sont protestants et donc absents des registres paroissiaux.

J'ai commencé par reprendre le registre 5 E 14907 : un énorme volume de format proche du A4, avec une tranche épaisse de 20 cm ! J'y ai trouvé le contrat de mariage de Jean ORGUEIL et de Catherine CHANABE. J'ai ainsi eu confirmation que Catherine est bien la fille du couple Jacques CHANABE et Catherine BORDES (sosa n° 132 et 133, génération 8) dont je ne connais pas les parents (ce sont 4 de mes 14 ancêtres de ma 9ème génération qui me manquent encore).
Dans ce contrat de 5 pages, un détail important : Catherine est assisté de ses oncles Moyse et Jacques CHANABE, ce sont donc des frères de son père. J'ai déjà étudié un Moyse CHANABE, époux d'une autre Catherine BORDES, et je connais ses parents.


Extrait du contrat de mariage de Jean ORGUEIL et Catherine CHANABE et la mention des deux oncles aux deux dernières lignes

Si ce Moyse est bien le frère de "mon" Jacques CHANABE, cela me donne ses parents ! On peut même imaginer que les deux Catherine BORDES sont soeur, ce qui me donnerait ses deux parents !

L'idéal serait de trouver (s'il existe) le contrat de mariage de Jacques CHANABE et Catherine BORDES, ou le testament des parents de Moyse. J'ai donc une piste sérieuse pour trouver 4 ancêtres de ma 9ème génération ! Encore une fois, rechercher des informations sur des collatéraux peut débloquer des recherches...

Comme ce registre comportait un répertoire, j'en ai profité pour y chercher des actes qui pourraient concerner ma famille. Le nom de Catherine BORDES est apparu et l'acte correspond à une somme d'argent qu'elle et son fils Moyse CHANABE reçoivent suite à un contrat passé par Jacques CHANABE, dont la date est indiquée. J'ai pu ainsi trouver des actes sur des ventes et dettes consécutives au décès de Jacques CHANABE, que je peux maintenant situer entre 1770 et 1774.

J'ai ensuite étudié deux registres de Me Adam MALET, notaire à Nègrepelisse autour de 1750, pour consulter d'autres actes dont j'avais trouvé les dates sur le précédent registre. J'ai pu aussi y étudier une autre branche de CHANABE, avec laquelle je n'ai pas encore fait de lien. Mais c'était aussi le cas de la branche de Moyse CHANABE, mais il est peut-être un frère de mon ancêtre Jacques, alors peut-être que cette nouvelle branche me sera un jour utile.

Une fois les actes trouvés, j'ai encore consulté le répertoire et trouvé le contrat de mariage de Jean RAMAT et Anne MARQUET (sosa n° 286 et 287, génération 9). Ce contrat me donne leurs quatre parents que je n'avais pas encore trouvés, donc quatre nouveaux ancêtres protestants de la 10ème génération.


Début du contrat de mariage de Jean RAMAT et Anne MARQUET

J'ai ensuite trouvé plusieurs contrats de mariage intéressants, même s'ils ne m'ont pas donné de nouveaux ancêtres. J'ai tout de même pu raccorder la branche d'Isaac TEYSSIE à ma branche Jean TEYSSIE et Antoinette CABAL (sosa n° 272 et 273, génération 9).

Mes prochaines recherches

- Sur Internet, j'ai de nombreux ancêtres ou collatéraux dont je n'ai pas encore cherché les déclarations d'édit à Tolérance : Jean CABAL et Catherine CHANABE, Moyse CHANABE et Jeanne BOYE, Jean MONIE et Elisabeth LAVERGNE, Jean GASTOU et Marie MONIE, celles de Jean et Marie LONGAIGNE.
- Je pense avoir encore de nombreux actes intéressants à trouver sur les autres registres de notaire de Nègrepelisse, notamment Mes Adam MALET et BERGALASSE.

Le souci, c'est que je ne sais pas quand je pourrai retourner aux Archives, peut-être cet été 2012...


Liste des enfants d'Henri MONTAGUT

Retour

Marie GIRALDOU Pierre Jérémie MONIE Leur fils aîné André ?